Tricheurs

On a chopé une bande de tricheurs qui avaient pas mal prémédité leur affaire…

ça m’a fortement déçu…

A titre perso, c’est un peu comme si la réponse à l’énergie que je déploie pour les étudiants était : « Rien à foutre » !

Alors, cher étudiant, si tu es sur la liste des tricheurs, ne viens pas me demander du debug, des conseils ou une lettre de recommandation…

12 commentaires

  • hop dit :

    >Alors, cher étudiant, si tu es sur la liste des tricheurs, ne viens pas me demander du debug, des conseils ou une lettre de recommandation
    J’ai l’impression que ça sous-entends qu’il n’y aura pas de retombées administratives. Si j’ai vu juste c’est écœurant.

  • Un Tricheur dit :

    Tricher = « rien à foutre » est peut être un raccourci un peu facile. Je trouve votre réaction bien excessive, mais je la comprends.

    Je me permet ce commentaire car je suis externe à cette histoire, vous ne me connaissez pas. Je suis étudiant (en fin de master) avec un peu de recul sur la triche en milieu scolaire.

    Il m’est donc arrivé de tricher sur quelques partiels ou rendus durant mon parcours. Je n’ai jamais vu cela comme un manque de respect mais comme une solution alternative. Si par exemple on me demande de connaitre par cœur toute la documentation de W3C en m’interdisant d’utiliser mes fiches de notes ca me gonfle. Je proteste et si mes demandes sont vaines alors je prépare une antisèche. Car ma vision de l’éducation diverge de celle de mes professeurs. Une autre situation classique et une période de rush mal gérée qui oblige à faire des choix dans les matières à réviser. Ou une matière qui ne m’intéresse pas mais qui est dans le lot obligatoire de la formation.

    Bref, mon message est que la triche est parfois un moyen pour un étudiant de contourner un problème. Et peut être qu’il serait sage de chercher l’origine de ce problème plutôt que de se vexer et le prendre à titre personnel.

    • Luc dit :

      Merci pour la réaction 🙂
      En effet, c’est excessif. C’est le ton du blog. Mais ça traduit une déception d’avoir dépensé de l’énergie pour certains dans le ce contexte.
      Si un jour je fais réciter le W3C à des étudiants, je me mettrai en retraite anticipée !

      • Aris dit :

        Il y a triche opportuniste et triche organisée et préméditée. Cette dernière est beaucoup plus grave et je comprends qu’elle brise complètement le lien de confiance qui s’était constitué pendant une année d’études 🙁

  • L'affranchi dit :

    La différence entre un tricheur et un débrouillard c’est que l’un des deux ne se fait pas chopper. Après il y a différentes nuances de triches (50 pour être exact). La triche ponctuelle, la triche « parce que précisément ce sujet j’y arrive pas », la triche « c’est abusé mais on a le droit », la triche généralisée, etc. Toutes ne sont pas du même niveau et ne méritent pas la même sanction.
    Je fais personnellement parti de la triche « c’est abusé mais overall c’est légal ». On se débrouille comme on peut et après tout on ne réussi pas trop mal 🙂
    Aller, ayez le glaive vengeur et le bras séculier. 😀

  • Un mec qui casse les couilles dit :

    Je sais pas ce que c’était,
    mais c’est nul de tricher,
    surtout que les tests au DUT c’est pas compliqué,
    suffit juste de comprendre la mécanique du sujet.
    Et je trouve que c’est un manque de respect :
    – pour le temps qu’à passé le prof à faire le sujet (quoique desfois c’est une phrase)
    – pour le temps qu’à passé le prof à partager son savoir (en plus il est cool)
    – pour les autres qui ne trichent pas
    – pour eux-même parce que tricher = vendre son âme au diable

    Après je dit pas que si un mec viens me voir et me dit « tiens c’est le sujet », je ne le regarderais pas :p

  • louis dit :

    rien à foutre

  • Angular c'est le bien dit :

    Besoin d’une bonne bière ?

  • Snow dit :

    Hello,

    Je suis un simple lecteur de ce blog depuis des années mais « cette » histoire m’interpelle avec le nombre d’amis profs que j’ai… et je serais curieux d’en apprendre plus sur cette histoire…

    En tout cas, bon courage pour la suite !

  • En tant qu’EC je comprends et je compatis.

    Je voudrais juste dire un truc : les étudiants sont trop mal informés des conséquences potentielles de la triche et du fonctionnement et du pouvoir de la section disciplinaire…

  • futurprof dit :

    Bonjour,
    Que le blog perso servent à se défouler pourquoi pas, mais cela eu été plus productif de dessiner le système de triche et comment ils se sont fait prendre non?

    J’ai déjà triché par le passé sur des matières barrières (vous savez ces cours totalement inutile au cursus mais ou une majorité d’étudiant rate) et même sur des projets de cours principaux et cela pour pleins de raison:

    – Manque de temps
    – Manque d’envie d’apprendre une matière
    – Pédagogie du prof pas adapté à ma façon d’apprendre
    – …

    Aujourd’hui de l’autre coté de la barrière, ça m’emmerderai que mes élèves trichent à mes cours. Du coup je me suis demandé pourquoi.

    Et la raison est simple:
    – Un (bon?) enseignant partage du savoir et souhaite faire level up sa classe et s’implique dans ce but.
    – Un étudiant à la contrainte de la réussite comme moteur social de sa vie future: il ne lui faut pas les compétences, il lui faut le diplôme avant tout. l’apprentissage vient ensuite.

    ps: quand je lis le commentaire de Nunc est bona cervisia bibendum, je me dit que les profs sont trop mal informés des conséquences potentielles de rater un cours et du fonctionnement d’un RH d’entreprise.

    PSS: désolé pour la tartine.

Répondre à louis Annuler la réponse.